Ascension du Mont BLANC et descente en Parapente

Mont BLANC

Une ascension du Mont Blanc qui restera gravée dans la mémoire de Laurent…

Fin juin, pour des raisons météo, notre tentative a du être reportée.

Le rendez vous est alors pris pour ce début septembre afin de concrétiser le rêve de Laurent, atteindre le sommet du Mont Blanc.

Deux jours avant notre départ, Laurent me rappelle ce que je lui avais suggéré en juin dernier lors de l’ascension du Grand Paradis 4061m : Monter au Mont-Blanc et en descendre en parapente.

Petit check météo rapide, « un appel à un ami » plus tard et ce sera avec Christophe Tricou, moniteur de parapente aux Gets, que l’on fera équipe.

Je guiderai la montée tandis que Christophe prendra le relais pour descendre Laurent en parapente Biplace ; quant à moi je descendrai sous ma voile solo légère.

L’idée de passer dans le couloir du gouter une seule fois me plait assez en cette période de canicule où de nombreux guides hésitent à s’engager.

Notre montée se passe sans problème mais en étant tout de même très vigilant lors de la traversée du fameux couloir. Nous voyons d’ailleurs quelques pierres tomber, nous rappelant combien il faut être prudent à cet endroit.

Laurent se rend compte de la dangerosité du passage en cette période de fortes températures, chose qu’il avait du mal à comprendre avant d’y être confronté.

Il me dit d’ailleurs : « J’espère que ça vole demain » !

Moi aussi 🙂

Mais en parapente, comme dit Christophe: « tant qu’on est pas en l’air on ne peut pas savoir si ça va faire ! »

Refuge du Gouter 3800m l’accueil d’Antoine Rattin le nouveau gardien est top, le coucher de soleil sur La Bionnassay est magnifique.

Le lendemain, réveil à 2h30 tranquille, nous essayons de prendre notre temps avant de partir, car contrairement à d’habitude on ne veut pas arriver trop tôt au sommet, le vent baissant dans la matinée.

La montée se déroule si bien que nous sommes obligés ne nous arrêter à l’abri Vallot 4300m pour attendre le lever du jour. C’est bien la première fois que je fais une sieste de 1h en montant au Mont Blanc, coooool le parapente !

Le sommet est atteint à  8h30 malheureusement le vent, trop fort, nous oblige à descendre 1000m plus bas pour décoller du refuge, mais l’essentiel est de ne pas avoir a descendre à pied l’aiguille du gouter.

En effet du sommet au refuge il faut seulement 2 petites heures dans la neige sans efforts, alors que la désescalade de l’aiguille du gouter, plus technique, prend à elle seule 2h pour 2 fois moins de dénivelé.

Laurent décolle en biplace de 3800m pour son premier vol en parapente, moment magique …..

Christophe lui fait ensuite survoler les glaciers jusqu’à l’aiguille du midi pour aller se poser tranquillement à l’atterrissage officiel de Chamonix.

Un bilan plus que positif pour Laurent avec la réussite de l’ascension du Mont Blanc et un vol d’anthologie au dessus des glaciers !

Guillaume